Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Transports / Métro-Tram-Bus

Métro-Tram-Bus

Les transports en commun constituent un maillon important de la mobilité à Bruxelles. Offrant une alternative à l’utilisation de la voiture individuelle, le réseau des trams, métros et bus de la STIB, de De Lijn et des TEC permet à de nombreux bruxellois et navetteurs de se déplacer dans et autour de Bruxelles.

Tout est mis en œuvre pour réduire les impacts environnementaux de ce réseau. Mais, en raison du contexte local, de la configuration du réseau, d’usure, de dégradation ou de disfonctionnement de l’infrastructure ou du matériel roulant, il arrive que celui-ci provoque localement des nuisances acoustiques et vibratoires.

 

Cadre

La Région de Bruxelles-Capitale et la STIB ont signé, le 25 juin 2004, une convention environnementale relative aux bruit et vibrations (générés par les trams et métro) notamment, afin de contrôler et réduire leurs nuisances. Cette convention a été complétée en 2008 pour y inclure la gestion des nuisances dues aux bus. Dans certains cas, cette convention précise des valeurs sonores et vibratoires, à partir desquelles l’impact peut devenir gênant pour les habitants. La STIB a mis en place de nombreuses mesures dans l’objectif de ne pas dépasser ces valeurs pour autant que ce soit possible. Ces mesures sont en majorité d’ordre technique et doivent être mises en place lors d’un renouvellement des rails de tram ou de métro.

A ce jour, il n’existe pas de convention avec les autres opérateurs de transport public, De Lijn et TEC, présents dans une moindre mesure en région bruxelloise.

 

Que faire?

Commencez par signaler avec courtoisie la nuisance à la personne ou à l’organisme en cause. Qu’il s’agisse de votre voisin, du responsable de l’entreprise, du gestionnaire des voiries ou du gérant du café voisin, ils ne sont pas toujours conscients des nuisances qu’ils occasionnent. Invitez-les chez vous, par exemple, à venir constater l’excès de bruit.

Avec de la bonne volonté de chaque côté, il y a souvent moyen de trouver des arrangements à l’amiable. Un courrier ou un mail peut également aider à formaliser votre démarche. Si le dialogue est difficile, faites intervenir un tiers pour vous aider à nouer un dialogue constructif avec le gêneur. Ce rôle peut être joué par un syndic, un gérant ou un gardien d’immeuble, un comité de quartier, des services communaux ou associatifs de médiation, etc. Certaines communes ont d’ailleurs mis en place un service de médiation des plaintes de bruit de voisinage en collaboration avec Bruxelles Environnement. Consultez leur site Internet

Vous pouvez contacter la STIB via ce formulaire.

Complémentairement, vous pouvez également contacter Bruxelles Environnement à l'adresse bruit.autorisations@environnement.brussels.

Introduire une plainte collective

Lorsqu’une infrastructure de transport (route, voie de chemin de fer, etc.) est source de bruit, cela concerne souvent plusieurs riverains. Dès lors, la législation a prévu une procédure de plainte collective.

En parallèle des démarches ci-dessus, vous pouvez à tout moment vous adresser à un juge de paix ou à un tribunal civil qui, dans la plupart des cas, fera appel à des techniques telles que celles décrites ci-avant.

 

Plus d’informations

Des cartes de niveaux sonores pour les différents modes de transport rencontrés en Région de Bruxelles-Capitale, basées sur un modèle de calcul, peuvent être consultées sur le site de Bruxelles Environnement :

Il existe également des cartes du bruit en multi-expostion.

Pour toute autre demande relative à la STIB (horaires…) : www.stib.be.